Ce matin j’étais en avance. Encore les pleurs de June au moment de la séparation, pour la forme on dirait. J’ai préféré filer, la laisser avec sa nounou et son grand-frère, histoire de ne pas en rajouter… même si j’avais quand même un peu mal au cœur.

Je me suis arrêtée pour acheter des pommes-lianes au petit marché du rond-point de Magenta, et comme j’avais le temps, j’ai coupé le contact et je suis restée dans la voiture à rien faire, l’espace de 5 minutes. Juste écouter cette musique, de celle qui me ferait danser des heures et des jours durant. Du parking, je voyais le ciel bleu devant moi et les nuages qui s’étiraient au gré des alizés. Il faisait presque frais.

J’ai observé le ballet des voitures, qui sans cesse s’arrêtent et redémarrent une fois leur tour arrivé. Il y avait aussi cette maman, avec ses deux grands garçons et son tout petit bébé dans les bras, qui filaient je ne sais où. L’effervescence du petit matin où chacun courre à ses obligations.

Je me suis demandée “c’est ça, la vie?” rouler dans des petites boites en métal, pour le soir aller se coucher dans des grandes boites en béton? Où est le ciel, où sont les étoiles et les rayons de la Lune sur nos joues? Où est la liberté du vent dans les feuilles et l’odeur de la terre mouillée après la pluie?  

Le matin. C’est toujours pour moi le moment le plus sensible de la journée. La nuit les questions s’apaisent, mais le matin, les émotions sont brutes et intraitables. Je me suis demandée si c’était là le sens de la vie : courir, travailler, se projeter sans cesse.

Et puis j’ai fais le vide. Seuls comptaient les alizés, l’herbe de la butte qui dansait, les feuilles des palmiers qui brillaient au soleil et les nuages qui s’étiraient. Et puis, j’ai pressé le bouton “stop” de l’autoradio en respirant profondément. J’ai repensé à toutes ces petites choses, futiles ou moins futiles qui font que la vie a un sens. Je les ai imaginées et je me suis sentie bien. Alors, d’un coup, j’ai replongé dans cette étrange réalité et je suis allée acheter mes pommes-lianes. 

DSC06674

 

°°°